L’Historique

En 1987, Katharina Thomas-Kanka, qui fut auparavant membre durant 5 ans en Allemagne du «comité d’initiative des femmes touchées par le célibat obligatoire des prêtres », arriva en Suisse et tenta d’établir un réseau de la sorte, qui s’est avéré être très difficile.

Gabriella Loser Friedli était à cette époque déjà lié à des personnes concernés, avant tout en Suisse Romande, et sympathisait avec le groupe « Claire Voie » d’Odette Desfonds en France et plu tard avec l’antenne de Claire Voie, établie en Suisse Romande « L’étoile ». Au début des années 90 Katharina et Gabriella se sont rencontrées et elles ont commencé à collaborer.

L‘année 1995 marqua un tournant décisif de part la reconnaissance en paternité effectuée par l‘évêque Jean-George Vogel. Une prise de conscience de la problématique du célibat obligatoire des prêtres s‘éveilla dans de larges cercles de la population et une structure en forme de réseau put être établie. En février 1996 avait lieu la première rencontre au niveau Suisse avec une bonne vingtaine de femmes. En mars 1997, Katharina Thomas-Kanka démissionna de la présidence pour des raisons de santé et Gabriella Loser Friedli coordonnait le travail au sein du groupe.

Le 23 septembre 2000 l’association ZöFra-Schweiz voit le jour.

Le 9 mars 2001 la ZöFra a reçu le prix de la fondation Herbert Haag pour „La liberté au sein de l’Eglise“.

Depuis l’assemblée des délégués, le 17 mai 2001, la ZöFra est membre de la ligue des femmes catholiques suisses. Jusqu’à la restructuration de cette organisation, Gabriella Loser Friedli siégeait au Conseil central.

Le 6 novembre 2010 la ZöFra fêtait ces 10 ans d’existence avec plus que 200 invités, venue de dix pays différentes. La fête a été embellie par le Kirchenfrauen Kabarett de Dornbirn qui honorait l’engagement par un spectacle généreusement offert.